RAJEUNIR ET DYNAMISER VILLERS/MER

Le constat démographique alarmant de la CCCCF

La Rubrique « + de Logements pour les Résidents Principaux» montre, à partir des chiffres INSEE sur la démographie de Villers entre 2010 et 2015, une nette diminution des – 60 ans (- 190 habitants principaux, dont – 65 jeunes âgés de moins de 15 ans).

La baisse du nombre de jeunes de moins de 15 ans (65 sur 5 ans selon l’INSEE) est donc en moyenne de – 65/5 = – 13 enfants /an, ce que confirme les chiffres sur 10 ans du nombre d’élèves scolarisés à l’Ecole de Villers, 310 il y a 10 ans (dans 13 classes), et seulement 185 aujourd’hui, soit – 125 élèves sur 10 ans, ce qui représente – 12,5 élèves /an.

Une incidente à cette constatation est qui si on applique le même taux de – 40% d’élèves sur 10 ans au nombre de classes, on passe de 13 classes à 13 – 40% x 13 = 7,8 classes. Merci à ceux qui ont permis de sauver pour 2019 la 8ème classe qui a été sur la sellette !
Cette chute ininterrompue du nombre d’enfants depuis 10 ans ne saurait s’expliquer par une baisse soudaine de la natalité à Villers. Elle s’explique par la forte baisse du nombre des foyers actifs habitant Villers/Mer.
Villers/Mer n’a qu’à regarder ce qui se passe autour d’elle pour prendre conscience qu’il s’agit d’une évolution que connaissent les 12 communes de la CCCCF, les communes les + affectées étant les leaders Deauville et Trouville/Mer qui ont perdu des centaines de foyers principaux, et qui peinent à en faire revenir, malgré leur détermination à le faire.
Nous avons vu que les loyers à Villers/Mer étaient si élevés qu’ils dissuadaient les foyers actifs de s’y installer, et que même, lorsque c’était le cas, ils n’y restaient pas bien longtemps, sauf pour ceux bénéficiant de logements sociaux.


Ce problème démographique doit être analysé dans tous ses aspects

1°) Villers fonctionne assez bien aujourd’hui, car la station est très prisée et peut générer toujours plus de chiffre d’affaire. Mais, faute de le faire avec de vrais habitants villersois, elle fonctionne de + en + avec des actifs habitants en dehors de Villers, qui par le fait même ne sont pas villersois.
Beaucoup même viennent d’assez loin, qui n’ont pas une vie facile et qui ont des revenus très modestes.
Beaucoup d’autres sont des saisonniers.
Cette situation ne satisfait ni les employeurs qui peinent à recruter, ni les travailleurs !
2°) La Municipalité peut-elle se contenter de cette situation, ou souhaite-t-elle choisir de se battre pour intégrer à Villers de nombreux nouveaux foyers principaux actifs ?

En faveur de ce dernier point de vue : la vie d’une commune de + de 2 700 habitants principaux avec de vrais habitants qui lui conféreront une âme et une identité, en particulier à travers leurs enfants.

Contre ce point de vue : un combat perdu d’avance quand la CCCCF est le 21ème arrondissement de Paris … Il ne faudra pas alors que la Municipalité se plaigne de nouvelles fermetures de classes.
3°) Si une liste électorale a pour projet de renforcer la communauté locale active et principale de Villers, lui conférant par là-même une identité locale plus forte, elle doit expliciter à travers quelles mesures précises elle pense pouvoir le faire :

– Logements sociaux
– Avantages consentis pour l’installation
… ?