MAISON(S) DE RETRAITE, PÔLE MEDICAL


Le projet de santé publique de Villers/Mer

A défaut de connaître suffisamment le contenu du projet intitulé « EPHAD – Maison de retraite – Résidence Seniors – Pôle de Santé » qui va voir le jour à Villers, attendu par les Villersois(es) avec bienveillance, nous ferons oeuvre de pédagogie en explicitant la signification des termes utilisés dans son intitulé.
Au préalable, regrettons toutefois que le Maire sortant, instigateur de ce vaste projet, médecin de profession, ait fait peu d’effort pour présenter son projet dans le détail aux Villersois(es) qui en ignorent les caractéristiques, comme nous-mêmes.
C’est regrettable, car répétons (encore une fois) que la démocratie c’est certes être élu par le peuple et agir pour le peuple, mais c’est aussi agir avec le peuple.
Un projet de santé publique concernant au 1er chef les habitants principaux de Villers aurait dû être mené de concert avec eux afin qu’ils donnent leurs avis, qu’ils y participent, que ce soit aussi un peu leur propre projet de santé, plutôt que d’être mis devant un projet élaboré sans eux.


1 – Un Ehpad, c’est quoi ?

Un « Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes » est une résidence collective médicalisée destinée aux personnes âgées en perte d’autonomie ou dépendantes qui propose un accueil en chambre et fournit des services comme les soins, les repas.
Il s’adresse à des personnes âgées de plus de 60 ans qui ont besoin d’aide et de soins au quotidien. Un EHPAD signe une conventionavec le conseil départemental et l’ARS (Agence Régionale de Santé) pour qu’ils leur apportent des financements en contrepartie d’objectifs de qualité de prise en charge.

Les EHPAD conventionnés
sont soumis à trois types de tarif :
-tarif hébergement : déterminé annuellement par le préfet
-tarif dépendance :  évaluée par la grille AGGIR (gradué en fonction du niveau de dépendance) et dont le montant est arrêté par le président du Conseil Général
– tarif soins : versé directement par l’Assurance Maladie à l’établissement
Les EHPAD non conventionnés qui œuvrent à titre commercial ne sont ni habilités à l’aide sociale, ni conventionnés APL. Elles ne peuvent pas soigner des personnes dépendantes, ni recevoir des bénéficiaires de l’aide sociale.

Un exemple d’EHPAD : LE PARC DE LA TOUQUES à ST-ARNOULT/DEAUVILLE

D’une capacité totale de 114 lits, le Parc de la Touques accueille des personnes âgées autonomes, en perte d’autonomies, atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés selon les besoins de chacun : permanent ou à la journée. Une unité de vie est spécifiquement dédiée aux personnes désorientées. Le personnel spécialisé assure à chaque résident la sécurité, le confort, des moments de joie partagés et l’ouverture sur le monde d’aujourd’hui dans une résidence pleine de vie.


Il n’y a, à notre connaissance, actuellement que 11 EHPAD dans le PAYS D’AUGE NORD :

Cabourg, Les Héliades
Trouville, EHPAD du Mont-Joly
Trouville, Normandia
Deauville/ Saint-Arnoult, Le Parc de la Touques
Saint-Gatien des Bois, EHPAD St-Gatien
Equemauville/Honfleur, Centre Hospitalier Côte Fleurie
Dozulé, Résidence Vallée d’Auge (« Les Matines » )
Dozulé, Topaze
Le Breuil-en-Auge, Les Bougainvillées
Pont-l’Evêque, Le Clos des Cèdres
Cambremer, La Pommeraie

La liste ci-dessus montre que les EHPAD ont surtout été construits dans des villes d’habitation locale ancienne (Dozulé, Cambremer, Pont-l’Evêque, Trouville, Honfleur, Saint-Gatien) et non dans des stations balnéaires.

Dans la liste ci-dessus les seules stations balnéaires à avoir développé un EHPAD sont Cabourg et Deauville/St-Arnoult. Les cas de Trouville et Honfleur sont différents car ce sont des villes d’habitation locale (en tant que ports) avant d’être des stations balnéaires.
A noter que les EHPAD de Cabourg et Deauville sont haut de gamme.
Ces établissements médicalisés sont une nécessité pour les habitants de ces communes d’habitation locale ancienne, car où pourraient-ils envisager d’être pris en charge sinon ?

Le problème des stations balnéaires est bien différent, car si elles ont aussi leur population locale, celle-ci est en fait bien moindre que leur population principale, nombre des habitants principaux n’étant pas de vrais locaux.
Ceci ne signifie pas que Villers ne puisse pas envisager de construire son EHPAD. Cabourg et Deauville l’ont fait. Mais leur population est bien supérieure à celle de Villers (+ 1 000) et le pourcentage d’habitants principaux vs secondaires y est très nettement supérieur (30% contre 15%).


2 – Une Résidence Séniors/Services, c’est quoi ?

Un établissement non médicalisé proposant un ensemble de logements privatifs pour personnes âgées autonomes, associés à des services collectifs de qualité. Les occupants des résidences services sont locataires ou propriétaires.

Les résidences services sont conçues pour des personnes âgées autonomes seules ou en couple qui ne peuvent plus ou ne veulent plus vivre à leur domicile classique. Elle leur permet :
– de continuer à vivre de manière indépendante,
– de bénéficier d’un environnement plus sécurisé (conciergerie, gardiennage, domotique)
d’utiliser des services collectifs (restauration, ménage, animations…)

Un exemple de Résidences Seniors/Services : Villa Beausoleil à Deauville

La Résidence Seniors Services s’impose en entrée de ville avec 123 appartements ouverts à la location et à la vente. A la différence des autres résidences, les résidences pour seniors proposent des équipements mutualisés : restaurant, piscine intérieure, salle de gym, cinéma, salles de réception, laverie, salon de beauté, bibliothèque… et des services comme la commande et livraison de courses à domicile, le ménage, la surveillance et le gardiennage 7J/7, des excursions, conférences, ateliers artistiques… Du studio au T4, l’offre est large et répond aux besoins de personnes autonomes à la recherche de services, qui facilitent le quotidien, et de sécurité.


3 – Une Maison de Retraite, c’est quoi ?

C’est, comme la Résidence Seniors, un établissement d’hébergement collectif non médicalisé pour des personnes âgées autonomes ne sollicitant qu’un cadre sécurisé et des aides occasionnelles. Mais ce terme utilisé seul qualifie plutôt ce qu’on appelle un foyer / logement, établissement public communal souvent modeste destiné aux personnes âgées autonomes.
C’est le cas de la Vé Maine qui existe depuis 30 ans à Villers.


4 – Un Pôle Médical, c’est quoi ?

Il y en a déjà un à Villers, c’est le Cabinet Médical actuel, qui regroupe 4 médecins généralistes, 2 kinésithérapeutes, rue du Lieutenant d’Hérouville, une ophtalmologiste et une ostéopathe à temps partiel rue Bagot.

Le projet de Pôle Médical viserait à regrouper les praticiens de santé qui n’en font pas partie actuellement (par exemple le Cabinet Dentaire constitué de 4 dentistes) dans un espace plus vaste, et à y accueillir dans le futur d’autres spécialistes.

On peut éventuellement aussi lui assigner un objectif supplémentaire par rapport à un simple cabinet médical de consultation, celui du rayonnement auprès de la population en matière de prévention, de campagne de formation, d’information …


5 – Un ensemble médical hospitalier pour les Villersois(es) ?

Ces termes étant explicités, les Villersois(es) aimeraient en savoir davantage sur le contenu détaillé de ce projet « EPHAD – Maison de retraite – Résidence Seniors – Pôle de Santé » dont la construction devrait bientôt démarrer.

Ce qui les concerne au 1er plan est le bénéfice pour leur santé (et non pas pour l’attractivité de la station balnéaire) :

– quels seront les niveaux de prix pratiqués par l’EHPAD et la Résidence Seniors, qui détermineront évidemment les possibilités qu’ils auront d’en profiter

– l’avenir du foyer-logement de la Vé Maine. Le nouveau projet a-t-il prévu une extension de la Vé Maine en son sein pour y accueillir davantage de résidents locaux de condition modeste ?

– quelles seront les capacités d’hospitalisation de cet ensemble ?

– son financement, et sa conséquence sur les impôts locaux, et sur les autres postes du budget municipal

– quelles garanties sur son exploitation, sa rentabilité, ces sujets étant évoqués par la presse comme étant très problématiques …